skip to Main Content
Sécuriser Les Services Financiers Numériques Au Sénégal Grâce Aux Fintechs

Sécuriser les services financiers numériques au Sénégal grâce aux Fintechs

En promouvant l’inclusion financière des personnes non bancarisées, nombreuses dans les pays en développement, les services financiers numériques ont révolutionné le secteur financier et bancaire. Selon l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), ils ont même contribué à la réalisation du premier Objectif de développement des Nations Unies, l’éradication de la pauvreté.

Au Sénégal, des études ont démontré que les services financiers numériques étaient en partie à l’origine de la progression de l’inclusion financière, qui atteignait 42,3 % à la mi-2019. Les fintechs se développent rapidement dans le pays et grâce à elles, les banques, opérateurs de transfert d’argent et institutions de micro-finance sont en mesure d’offrir à la population divers services sur mobile.

Mais la vague récente de cyberattaques au Sénégal ciblant spécifiquement les services financiers numériques indique qu’il est nécessaire de renforcer la capacité des institutions offrant des services financiers numériques à assurer la sécurité de leurs services, afin de les protéger, ainsi que leurs bénéficiaires et le gouvernement.

Assurer la sécurité des services financiers numériques incombe principalement à l’autorité de réglementation du secteur et aux fournisseurs. Concrètement, pour ces institutions, cela implique de superviser, de manière étroite et exhaustive, les flux de transactions numériques entrant dans le pays et en sortant, en vue de détecter les opérations suspectes ou frauduleuses.

La capacité à identifier les utilisateurs dans le monde numérique joue également un rôle crucial d’un point de vue sécuritaire, dans la mesure où elle permet d’associer chaque transaction irrégulière à un individu précis. Pour atteindre ces deux objectifs, il est essentiel que les institutions concernées aient accès à des données précises et fiables, de préférence en temps réel, que seules des fintechs spécialisées, comme celles développées par Global Voice Group (GVG), peuvent fournir.

La solution numérique de vérification des transactions financières de GVG, par exemple, a été installée en Tanzanie, en Ouganda, au Rwanda, au Ghana et au Congo, ces pays ayant exprimé le besoin d’obtenir des statistiques fiables concernant leurs services financiers numériques. Elle combine deux plateformes numériques d’audit, également développées et fournies par GVG : l’une pour les opérations effectuées en argent mobile et la seconde pour toutes les autres transactions monétaires, y compris les remises de fonds.

Les fintechs ont donc beaucoup à apporter lorsqu’il s’agit de créer un environnement sûr et fiable pour les services financiers numériques sénégalais, dans l’intérêt des consommateurs comme du gouvernement et des autorités. Ce faisant, elles s’inscrivent pleinement dans la stratégie nationale ambitieuse SN2025, qui ambitionne de porter à 10 % la contribution du numérique au PIB d’ici 2025.

Raul Vahisalu

Vice-Président Technologie de Global Voice Group

Publié: Senews.com