Pas de recettes laissées pour compte : La solution M3 aide à améliorer la transparence, la surveillance et la conformité réglementaire

L’argent mobile est devenu une caractéristique omniprésente de l’écosystème mondial des services financiers. D’après la GSMA, 277 services d’argent mobile existent actuellement dans le monde, répartis dans 92 pays et couvrant deux tiers des pays à revenu faible et moyen. Des milliards de transactions basées sur l’argent mobile sont traitées chaque mois.

En Afrique, les statistiques sont tout aussi révélatrices. En effet, plus de 40% de la population adulte dans sept pays (le Gabon, le Kenya, le Ghana, la Namibie, la Tanzanie, l’Ouganda et le Zimbabwe) utilise activement l’argent mobile. L’argent mobile a non seulement facilité les paiements P2P et P2B sur le continent, mais a également amélioré l’inclusion financière, en rendant les services financiers formels accessible à la population non bancarisée, et stimulé le développement d’une économie sans numéraire.

De plus, sa contribution au développement économique des pays qui l’utilisent ne cesse de croître. Par exemple, d’après la Banque d’Ouganda, la valeur des transactions effectuées par le biais d’argent mobile dans le pays en 2016 (12 milliards USD) représentait un peu moins de 50% du PIB national. La performance des services d’argent mobile est tout aussi impressionnante en Tanzanie et au Kenya, et la croissance qui a été enregistrée au Ghana indique que ce pays est en bonne voie de rattraper, si ce n’est de surpasser, ses homologues d’Afrique de l’Est. Le tableau ci-dessous fournit des statistiques convaincantes relativement à l’évolution des transactions basées sur l’argent mobile, en pourcentage du PIB, pour cinq pays africains de 2012 à 2016.

 

Mobile Money Transactions: valeur (en % du PIB)

2012 2013 2014 2015 2016
Ghana 0.79 2.84 10.70 25.55 46.52
Kenya 36.08 40.07 43.90 44.98 46.87
Tanzania 28.34 40.66 51.19 51.94
Uganda 19.39 28.92 33.94 41.56 49.87
Zimbabwe 2.71 13.74 13.74 28.91 35.70

(Source: IMF/FMI)

En raison de son potentiel financier, l’argent mobile est maintenant reconnu comme une source importante de revenu pour les gouvernements. La popularité des services d’argent mobile, et le potentiel de ces derniers en matière d’augmentation des recettes gouvernementales – il existe aujourd’hui 100 millions de comptes d’argent mobile actifs en Afrique – ont même poussé certaines banques à rivaliser avec les opérateurs de réseaux mobiles pour attirer des clients. Cette popularité et ce potentiel ont également convaincu les gouvernements et les organismes de réglementation que l’argent mobile devait être exploité en vue de promouvoir les avantages décrits ci-dessus et, en même temps, de mitiger les risques associés à son usage de plus en plus répandu en Afrique. En effet, en l’absence de toute supervision, les services d’argent mobile sont susceptibles de devenir une plateforme pour la fraude, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ainsi qu’une source potentielle de fuites de revenus.

Afin de soutenir les gouvernements et les organismes concernés dans le cadre de la réglementation et du contrôle de leur propre marché de l’argent mobile, Global Voice Group S.A. (GVG) a développé le premier outil électronique indépendant de surveillance du marché de l’argent mobile, le système Mobile Money Monitoring (M3). Le système M3 fournit aux gouvernements une visibilité totale de l’écosystème de l’argent mobile, les aidant ainsi à garantir son intégrité et sa sécurité, à en retirer les avantages en matière d’inclusion financière et à obtenir des recettes supplémentaires.

D’un point de vue technologique, le M3 remplit sa fonction en générant des données exhaustives et fiables pouvant servir à auditer les plateformes d’argent mobile, à superviser toutes les transactions connexes et à protéger les consommateurs contre les problèmes de sécurité, de qualité de service et de facturation. D’un point de vue réglementaire, le système permet aux autorités de surveiller et de faire respecter la conformité aux lois et règlements applicables, tels que les lois contre le blanchiment d’argent (AML), les normes relatives à la lutte contre le financement du terrorisme (CFT) et les directives liées à l’identification des clients (KYC). Le M3 fournit également les informations requises pour mieux informer les processus décisionnels et d’élaboration de politiques relatifs à la réglementation de l’argent mobile.

L’argent mobile a eu un impact très positif sur les vies de millions de personnes dans les pays émergents et en développement, malgré les risques et vulnérabilités qui y sont associés. Par le biais de sa solution M3, GVG donne aux gouvernements les moyens technologiques et réglementaires de tirer parti de l’argent mobile afin de promouvoir l’inclusion financière, ainsi que d’améliorer la sécurité et l’intégrité de l’écosystème financier mobile.

 

Pour un complément d’informations concernant la solution de pointe M3, veuillez consulter.

Share this Post